Grandglise


Grandglise

L’église Saint-Martin (1854), édifice néo-gothique, entièrement réalisée en grès de Grandglise, est précédée d’une double rangée de peupliers centenaires. A l’intérieur une charité de Saint-Martin, statue gothique en bois polychromé (16e s.) et la cuve hexagonale en pierre des fonts baptismaux (16e s.)


CHRONOLOGIE DE L'EGLISE SAINT MARTIN DE GRANDGLISE

Il existe très peu de renseignements sur l'histoire de Grandglise, d'autant plus que cette paroisse fut longtemps dépendance de Stambruges et d'Harchies, donc l'histoire se confond avec ces paroisses-mères
En 1790, Grandglise devient paroisse autonome, distincte de Harchies et le 1er curé s'y installe. C'est l'abbé Ruelle (1790 à 1795).Cette paroisse reste cependant dépendante du diocèse de Cambray et du doyenné de Chièvres.
En 1792 : le général Dumouriez remporte la bataille de Jemappes sur les autrichiens et nous repassons sous le régime français avec son cortège de misères, de pillages et de haine antireligieux. Ensuite, bref retour à l'Autriche.
En 1794 : victoire de Jourdan à Fleurus, sur les autrichiens, commandé par le duc de Saxe-Cobourg. Retour à la France et début du régime révolutionnaire pour notre région.
En 1802 : tout le Hainaut (département de Jemappes) quitte l'archevêché de Cambrai et passe à l'évêché de Tournai, lequel est soumis à l'archevêché de Malines. Quevaucamps, chef-lieu de l'arrondissement judiciaire devait donner son nom au doyenné mais Beloeil, cité princière, sera le siège du doyenné dirigé d'abord par un recteur, puis curé, puis doyen. L'abbé Rutteau deviendra le 1er curé doyen en 1815 le titre de doyen date de la période hollandaise La liberté du culte est rétablie en juin 1802 au grand soulagement de tous. Grandglise comptait 350 habitants en 1802.
En 1853 : réunion du Conseil de Fabrique : construire une nouvelle église, demande faite par la population. D'autre part, l'ancien château servait de cure jusqu'à cette date. Achat d'une maison située sur le parvis de cette nouvelle église pour y installer le curé.
En 1857 : bénédiction d'une cloche pour la nouvelle église du nom de Joséphine-Adèle — poids 927 Kg — parrain : Joseph Coulon — Marraine : Adèle Duchâteau — Fondeur : Drouot.
En 1858 : Bénédiction de la nouvelle église de Grandglise (1854-1858) L'ancienne église se trouvait entourée du cimetière et contigu à l'héritage de l'ancien château. La nouvelle fut construite plus près de la chaussée, à l'emplacement que nous lui connaissons actuellement. L'architecte est Charles Vincent.
En 1861 : bénédiction du 1er Chemin de croix
En 1863 : le 13 juillet, bénédiction du calvaire de la Bruyère
En 1897 : bénédiction du calvaire restauré. Christ en croix, bois peint de la fin du 19% siècle.
En 1900 ; l'abbé Thiery est nommé à Jumet-Ghoissart et installation du nouveau curé, l'abbé Mercier.
En 1910 : Grandglise compte 1.117 habitants
En 1914 : le curé note que le 18 octobre, 45 soldats allemands ont assisté à la grand-messe (en effet, un état-major allemand de campagne s'était installé à Grandglise. Il ne quittera le village que le 9 novembre 1914
En 1943 : en octobre, enlèvement de la cloche Joséphine-Adèle de 1857 qui va rejoindre ses consœurs pour l'Allemagne.Cependant, le curé Absil adressera un courrier aux autorités allemandes avant l'enlèvement de la cloche afin de préserver celle-ci. Demande rejetée par le Commandant militaire allemand à Mons.
En 1944 : le 15 août, consécration de la paroisse au Cœur Immaculé de Marie
En 1946 : bénédiction du nouveau Chemin de Croix. Celui-ci se présente sous forme de tableaux en cuivre repoussé, provenant des ateliers d'arts de l'abbaye de Maredsous
En 1949 : en Conseil, parle du remplacement de la cloche.
En 1952 : à la réunion, cloche toujours en suspens : pas d'argent — ministère responsable ne donne pas de réponse
En 1954 : demande à nouveau faite au Ministère Enfin, accord reçu et ordre est donné à la firme Michiels, fondeur de cloches à Tournai, pour la fabrication de la cloche. Madame André Duchâteau accepte d'avancer l'argent (55.610 francs) Cette somme sera remboursée à Madame Duchâteau dès réception du paiement de la cloche par l'Etat. Cette cloche pèse 807 Kg Le 26 septembre, Monseigneur Himmer bénit la nouvelle cloche du nom de Germaine Sylva : parrain Sylva Quiévreux — Marraine : Germaine Duchâteau, née Battard
En 1955 : électrification des cloches.
En 1961 : Grandglise compte 1.071 habitants.
En 1962 : ouverture du concile Vatican II
En 1965 : certains changements dont la mise en place de l'autel face au peuple en conformité avec les décisions du Concile. Installation du chauffage à air pulsé. Vu les dégâts importants, surtout au clocher, une restauration s'impose. Le plafonnage à l'intérieur (voûte et murs) a sérieusement souffert et ne pourrait être remis en état que lorsque la toiture sera réparée. Mise à nu des matériaux provenant de la Carrière des Roches Rouges Travaux intérieurs et extérieurs ont été exécutés par l'entreprise Roger Dedoncker d'Herseaux sous l'œil vigilant de l'architecte Faucon de Mons. Frais à charge de l'Administration Communale Dans les travaux de ce genre, on peut s'attendre à des surprises regrettables qui laissent des traces. La voûte centrale ayant cédé, on a décidé (par manque de subsides) de la remplacer par un plancher. La restauration complète de l'église sera terminée en avril 1973 ; elle aura duré 13 mois. Achat de nouvelles chaises avec prie-Dieu. Les chaises particulières sont remises aux propriétaires. Pendant toute cette période, la messe a été dite à la salle voisine de l'église (salle communale actuelle)
En 1974 : amplification de l'éclairage suite à la nouvelle installation. Le tableau « L'enterrement d'un poilu » situé côté autel St Martin est l'œuvre du peintre Maurice Langanskens et a été offert à l'église par Monsieur Simon Flamme, ancien sénateur, décédé en mars 1992. Le dernier prêtre résidant a été l'abbé Heykamp (1953 à juillet 1992) L'église sera fermée pour cause de réparation de la façade de février 2013 à novembre 2014. Le Christ en-croix du XV Siècle se trouve dans le-Chœur de l'église.
D'après les renseignements de Georgina Wuilpart-Desmet

UN VILLAGE REPORTAGE DE NOTELE EN 2019:

Un village à Grandglise - Episode 1: origine, fusion et une église typique dédiée à Saint-Martin