Ellignies sainte Anne


Ellignies Sainte Anne

L’église de la Sainte-Vierge, surnommée parfois la petite cathédrale, est l’œuvre du curé architecte Vital Duray. En 1871, il n’a gardé que la tour du 16è siècle de l’édifice primitif et y a adjoint le surprenant bâtiment, que nous connaissons aujourd’hui, dont le style néo-gothique évoque aussi les arabesques byzantines. En creusant les fondations, il mit à jour une « enceinte mégalithique » ; il ne révéla cette trouvaille qu’une fois l’église terminée. L’ancienne tour du XVIè siècle reposait donc sur un bâtiment bien antérieur, qui était déjà peut-être un sanctuaire. Les matériaux employés à la nouvelle construction sont la brique et le grès de Grandglise. On remarque au-dessus du porche la galerie médiane ornée de neuf statues de personnages de l’Ancien Testament. A l’intérieur, une pierre rappelle le sacerdoce du prêtre-architecte. La statuaire du sanctuaire possède, en outre, une Pietà gothique, en pierre blanche polychromée (16è s.), un groupe : Saint-Nicolas et les enfants en bois fruitier teinté (18è s.). On peut voir également trois dalles funéraires en pierre (17è s.). Sous le maître-autel ; crypte avec sépulture supposée du prêtrebâtisseur. Avec sa crypte, ses statues et ses dalles funéraires, la belle église garde encore bien des secrets. Non loin de l’église se dresse la Pommeraie datant de 1701, le presbytère avec son ancien porche d’entrée et le bâtiment communal, avec son clocheton. La Chapelle Sainte-Anne, également de style gothique mais de conception plus classique date du début du 19è et est donc antérieure à la construction de l’église Sainte-Vierge. Sur le pignon, au-dessus de la niche surplombant le porche, les armoiries de Ligne. Dans cette chapelle, on remarquera surtout une statuette en bois du 16è s. de Sainte-Anne Trinitaire.

UN VILLAGE REPORTAGE DE NOTELE EN 2017:

Les Don Camillo et Peppone d'Ellignies-Sainte-Anne


Les légendes de la "cathédrale" de Vital Duray